Historique du régiment pour l'année 1916

Extrait de l'historique du 219e régiment d'infanterie pendant la guerre 1914-1918

Du 1er au 23 janvier, le Régiment occupe les tranchées dans le secteur d’Acaffaut, en alternant avec le 262ème R.I.
Le 24 janvier, la 61ème division est relevée dans son secteur par la 53ème division. Le Régiment se porte sur Pierrefonds et environs. Séjour dans les cantonnements jusqu’au 7 février. Du 8 au 12 février, la 61ème division fait mouvement par voie de terre et est dirigée par étapes dans la région du camp de Crèvecoeur. Le 12 février, séjour dans les cantonnements, marches, manoeuvre de régiment, de brigade et de division. Le 27 février, le Régiment est dirigé par étapes sur Compiègne où il cantonne le 29. Le 2 mars, Le 219ème reprend les tranchées dans le secteur de Tracy-le-Val et y demeure jusqu’au 24 avril en alternant avec le 262ème.
Le 8 mars, le lieutenant-colonel STUHL est nommé colonel à T.T. et appelé au commandement de la 143ème brigade. Il est remplacé dans le commandement du régiment par le chef de bataillon LE GALLOIS, qui prend le commandement le 13 mars.
Le 13 mars, un coup de main boche lancé sur nos petits postes échoue devant une contre-attaque opérée par une demi-section.
Le 22 mars, le chef de bataillon GERMAIN est promu lieutenant-colonel à T.T. et passe au 91ème R.I. Le 4 avril, le chef de bataillon LE GALLOIS, commandant le 219ème est promu lieutenant-colonel à T.T.
Le 25 avril, le 219ème va cantonner à Blincourt, Avrigny, Choisy-la-Victoire. Du 26 avril au 7 mai, séjour dans les cantonnements ; instruction, marches d’entraînement. Les 8, 9 et 10 mai, le Régiment se transporte par étapes à Rocquencourt. Du 11 au 29 mai, séjour au cantonnement, instruction.
Du 30 mai au 5 juin, le Régiment se porte par Castel et Guillaucourt sur Harbonnières. Le 219ème forme la réserve de la 61ème division et est employé aux travaux dans le secteur d’attaque.
Le 15 juin, le Régiment est formé à trois bataillons par l’adjonction d’un bataillon du 318ème R.I. commandé par le commandant VINCE. Ce bataillon prend le n° 4.
Le 19 juin, le Régiment est dirigé sur Mailly-Raineval, Merville aux bois, Plessier-Rozainvilliers, et le 24 juin sur le camp de Wiencourt et Guillaucourt, après quatre jours employés à l’instruction. Le 25 juin, retour à Harbonnières et reprise des travaux. Le 28 juin, le Régiment monte dans le secteur, d’où il doit partir à l’attaque des tranchées allemandes.

BATAILLE DE LA SOMME

L’attaque du 1er juillet a été précédée d’une préparation d’artillerie qui a duré 8 jours. Dans la matinée du 1er juillet l’intensité de notre bombardement augmente et nos avions descendent la majeure partie des drachens ennemis, nous assurant ainsi la suprématie dans le domaine de l’air.
Le 1er juillet à 9 heures 30, notre infanterie sort des tranchées. Les 5ème et 6ème bataillons formant quatre vagues successives, le 4ème bataillon, la réserve du régiment et la réserve de la brigade. A 9 heures 48, le 219ème a atteint son premier objectif et les prisonniers commencent à affluer. Dans l’après-midi, une nouvelle préparation d’artillerie permet d’atteindre à 16 heures 15 le deuxième objectif. Le chef de corps transporte son poste de commandement dans les lignes conquises.Le nuit se passe à organiser la position.
Dans cette première journée, le 219ème a fait 255 prisonniers dont 5 officiers, pris 3 pièces de 77, 9 mitrailleuses et un nombreux matériel.
Le 2 juillet, nouvelle progression qui nous permet d’atteindre le troisième objectif.
Le capitaine DE KERMADEC qui a été blessé deux fois le 1er juillet et a refusé de se laisser évacuer, est blessé une troisième fois et fait chevalier de la Légion d’Honneur. A été l’objet de la citation suivante : « Ayant reçu une première blessure le 30 juin, et une deuxième blessure le 1er juillet, est resté avec sa compagnie, n’a été évacué qu’après avoir reçu une troisième blessure. Officier d’une haute valeur morale. Père de 8 enfants. »
Le 3 juillet, le Régiment s’organise dans les positions conquises.
Dans la nuit du 3 au 4, la 61ème division est relevée par la 53ème division. Le régiment se rassemble à la sortie Est de Vauvillers et s’installe en cantonnement bivouac. Alerté dans la matinée du 4, il est reporté au ravin des Cuisines où il bivouaque jusqu’au 10 juillet.
Le 10 juillet, il est relevé par le 265ème, et va cantonner à Framerville et Vauvillers. Du 11 au 14 juillet, séjour au cantonnement. Le 14 juillet, le 219ème relève le 265ème au ravin des Cuisines. Du 15 au 21 juillet, séjour en réserve. Le 21 juillet, le 219ème remonte en ligne et est chargé d’organiser une nouvelle position de départ.
Le 29 juillet, relève par le 205ème R.I. et le 319ème R.I. Le Régiment va cantonner à Wiencourt, Aubercourt et Ignaucourt. Du 30 juillet au 5 août, séjour aux cantonnements.
Dans la nuit du 5 août, le Régiment transporté en camions-autos, gagne les tranchées du bois de Soyecourt et du bois du Satyre. Du 6 au 13 août, séjour aux tranchées. Dans la nuit du 13 au 14 août, une opération est tentée pour progresser dans la ligne allemande et continuée dans la soirée du 14. La progression à la grenade échoue.
Relève dans la nuit du 15 au 16. Le Régiment va bivouaquer à Vauvillers et est transporté en camions-autos à Fumechon, Catillon et Nourard-le-Franc. Du 18 au 26 août, séjour aux cantonnements, instructions de la troupe et des spécialités.
Le 27 août, le Régiment transporté en camions-autos à Harbonnières, remonte en ligne dans la nuit. L’artillerie a commencé une nouvelle préparation sur les ouvrages ennemis. L’attaque déclenchée le 31 août, à 18 heures échoue. Le 1er septembre, nouvelle préparation de notre artillerie. Le 4 septembre, l’attaque est déclenchée à 14 heures. Du 4 au 7 septembre, les bataillons engagés ont poursuivi la conquête des tranchées allemandes en progressant à la grenade et ont atteint en partie les objectifs fixés.
Le Régiment est relevé dans la nuit du 7 au 8 septembre et est transporté en camions-autos à Sauvillers-Mongival. Aubvilliers où il séjourne jusqu’au 12 septembre. Le 12 septembre, transport par voie ferrée à Villers-Cotterets. Le 13 septembre, le Régiment va cantonner à Bonneuil-en-Valois, Gomecourt, Feigneux et environs. Séjour et instruction de la troupe jusqu’au 23 septembre.
Le 26 septembre, le Régiment est transporté en camions-autos à Amblemy, Saint-Baudry, Laversine. Le 27 septembre, il remonte aux tranchées dans le secteur de Fontenoy. Ce secteur est calme. Les relèves sont organisées de façons que les bataillons restent 18 jours en ligne et 9 jours en réserve. Les relèves sont faites à partir de la fin d’octobre tous les 10 jours et à la fin de novembre tous les douze jours.
Le 29 novembre, la 61ème division est relevée dans son secteur. Le 219ème est transporté en camions-autos à Bellevue-la-Montagne, Vignemont. Il séjourne dans ces cantonnements jusqu’au 2 décembre.
Le 3 décembre, le Régiment reprend les tranchées dans le secteur de Mareuil-la-Motte. Il occupe ce secteur pendant une partie de l’hiver 1916-1917, et effectue d’importants travaux en vue d’en faire un secteur d’attaque pour le printemps prochain. La relève des bataillons en ligne a lieu tous les douze jours.
Au cours de cette année les militaires du Régiment dont les noms suivent ont été décorés ou cités à l’ordre de l’Armée.
Promus au grade d’officier de la Légion d’Honneur :
LE GALLOIS, Clément, lieutenant-colonel commandant le régiment, RIVAULT, Armand, chef de bataillon, commandant le 6ème bataillon.
Faits chevalier de la Légion d’honneur :
MARTERER Jules capitaine, LAMIOT Henri capitaine, EVE Armand lieutenant, JOURDAN Marcel sous-lieutenant.
Décorés de la Médaille Militaire :
FLOCH, Fiacre, adjudant-chef ; COHAL, Théophile, adjudant ; PRIGENT, François ; FERRIS, Bernard ; LEOST, Guillaume ; LE MOEL, Auguste ; LAMOUROUX ; BELLEC, Pierre ; LE GOARANT, Henri ; CHEVILLOTTE, Ollivier ; PAUGAM, François ; BUGAT,Victor ; LE DEZ, François ; DESCHAMPS, Emile, sergents ; KERVERN, Alfred ; CORRE, François ; LE MER, Jean ; POSTIC, François, Caporaux ; TASSIN, Corentin, caporal brancardier ; LE FLEM, Yves ; BELLEGUY, Jean ; ELLOUET, Jean-Pierre ; BORGNE, Guillaume ; SEZNEC, Jean-Marie ; JONCOUR, Ollivier ; BOZEC, Yves ; TACHON ; COATIVY, Théophile ; BOURDON, Joseph ; LAGADEC, François ; CARN, Michel ; LE FELORE, Louis ; KERLEDAN, François ; ALIS, Mathurin ; GRAVERAN, Jean ; PERON, Yves ; GOURMELIN, Yves ; LE GOURMELON, CAPITAINE ; PAUGAM, Jean ; CORRE, Jean-Louis ; MILIN, Jean ; JEZEQUEL, Jean-Louis ; GRAL, Jacques ; WALLBOTT, Jules ; SALIOU, Jean-Marie ; RIOU, Esprit ; DUTOUR, Alexis ; KERVELLA, Joseph ; GRENN, Prigent ; COMBOT, Paul ; TANGUY, Jean-Yves ; PERON, Yves-Marie, soldats.
Cités à l’ordre de l’Armée :
PIEGOY, Henri, capitaine ; CLERCY, H. ; JOUSSEAUME, Alcide, lieutenants. BARREAU, Jean ; FANON, Arthur ; HOURTANE, J.-B. ; CARION, Joseph ; sous-lieutenants. JACOB, Alphonse, adjudant-chef ; GRALL, Pierre ; CUEFF, Jean-Marie, sergents ; SEGALEN, Jean, caporal.

Commentaires (3)

1. 219eri (site web) 23/04/2016

Bonjour
Comment s'appelait votre arrière grand père ?

2. LE ROY 23/04/2016

Je vous félicite pour votre site qui honore tous les combattants de ce prestigieux régiment.
Une pensée pour mon arrière grand père, 1ére classe au 219RI mort au combat il y' a 100 ans pour la France.

3. goarant mireille 13/07/2011

En l'honneur du souvenir de ceux de ma familles, du 219 E regiment d'Infenterie ( 1916 ),fait chevalier de la Legion d'honneur; Henry Goarant , nous penserons a toi demain....tres fort

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Date de dernière mise à jour : 15/03/2012

Recherche tous documents et informations sur le 219e RI (photos, cartes postales, témoignages, correspondance, carnets, etc...). N'hésitez pas à me contacter.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×